Forest and Wildlife Law Enforcement in Central Africa

Expandmenu Shrunk


  • Qui sommes nous

    Hands - darken to useConservation Justice a pour vocation de protéger les éléphants et autres espèces menacées au Gabon vis-à-vis de la chasse illégale et du trafic de faune en augmentant le niveau d’application de la loi sur la faune sur tout le territoire, et de dissuader les braconniers et trafiquants de développer leurs activités. Conservation Justice collabore étroitement avec LAGA (www.laga-enforcement.org) et suit ses méthodes.

    Plus d’infos


  • Statistiques 2019

    Conservation Justice a maintenu ses activités au Gabon tout au long de l’année 2019.

    Un total de 26 opérations ont pu être menées avec les Eaux et Forêts et les forces de l’ordre, conduisant à l’arrestation de 63 présumés trafiquants de faune arrêtés en flagrant délit. Conservation Justice a également appuyé les forces de l’ordre pour le suivi juridique de 6 autres opérations qu’ils avaient initiées et ayant conduit à l’arrestation de 18 présumés trafiquants de faune.

    Les 3/4 de ces opérations concernent des cas de trafic d’ivoire.

    Grâce à un renforcement de la législation, les peines maximales de prison sont passées en juillet de 6 mois à 10 ans de prison en ce qui concerne le trafic d’ivoire au Gabon. Ceci constitue une grande avancée et confirme la volonté politique du Gabon de lutter contre le trafic d’ivoire.

    38 trafiquants ont été condamnés à 269 jours de prison en moyenne, alors que 18 autres sont en détention en attente de jugement. En dehors de ces 56 personnes condamnées à de la prison ferme ou en détention en attente de jugement, une autre est en fuite et 6 ont été relaxés par manque de preuves concernant leur implication.

    Parmi les cas les plus importants, on peut mentionner l’arrestation de 4 trafiquants dans le Nord du Gabon (zone de Mitzic-Lalara) en possession de 128 kg d’ivoire. Ils ont été condamnés à 3 ans de prison ferme.

    Un autre cas intéressant est celui d’un trafiquant arrêté à Mayumba avec 16 pointes d’ivoire. Il a été condamné à deux années de prison ferme et 5 années d’interdiction de séjour au Gabon.

    On peut encore citer une opération de Makokou (Nord-est du Gabon) ayant permis l’arrestation de deux trafiquants d’ivoire avec 11 pointes totalisant un poids de 73 kg, l’un d’eux ayant été condamné à 2 ans de prison ferme et son complice à 90 jours.

    Au total,118 défenses d’éléphant totalisant 590 kg d’ivoire ont été saisies par les Eaux et Forêts et les forces de l’ordre grâce à l’appui de Conservation Justice en 2019. 6 peaux de panthère ont également été saisies.

    58282274_6136151555709_2610055375285649408_n IMG_20190823_182910 77293396_10158016589945712_4209792889019957248_n


  • Une jeune femme et son complice risquent dix ans de prison pour trafic d’ivoire

    Fougamou

    Une jeune femme et son conjoint ont été appréhendés à Fougamou et Sindara, deux localités de la province de la Ngounié. C’est une information émanant d’une personne de bonne foi qui a alerté les agents. Selon la source, des individus partaient de Sindara, un village du département de Tsamba-Magotsi (Ngounié) pour vendre de l’ivoire dans la commune de Fougamou. Une équipe composée d’agents de l’antenne provinciale de la Police Judiciaire de la Ngounié accompagnés d’un agent de la Direction Provinciale des Eaux et Forêts, appuyés par l’ONG Conservation Justice, va s’organiser pour mettre la main sur les personnes soupçonnées.

    Arrivée à Fougamou en début après-midi, c’est aux environs de 15 heures que l’équipe parviendra à arrêter Marie-Laure M. N, gabonaise âgée de 22 ans, en possession de trois pointes d’ivoire qu’elle s’apprêtait à vendre. Interrogée à chaud, la jeune fille tentera de jouer à l’innocente en affirmant ne pas connaître le contenu du carton dans lequel était dissimulé les pointes, avant de dénoncer son partenaire et petit ami, Sylla Demba, gabonais d’origine malienne âgé de 24 ans. Ce dernier sera appréhendé à son tour au village Sindara, alors qu’il attendait l’argent issu de la vente.

    Dans la presse : https://www.agpgabon.ga/faits-divers/details/3185/Deux-gabonais-interpells-pour-trafic-divoire–Fougamou

    https://www.gabonmediatime.com/gabon-un-couple-de-delinquants-fauniques-aux-arrets-a-fougamou/


  • Deux trafiquants appréhendés à Makokou

    Ivoire

    Les faits se sont produits vendredi 23 août 2019 à Makokou (Ogooué-Ivindo). Informées de la tenue imminente d’une transaction illicite devant se tenir dans la ville, les forces de l’ordre vont s’organiser pour tenter d’interpeller les trafiquants dès leur arrivée. C’est ainsi qu’une équipe composée des agents de la Direction Générale des Recherches, de la Direction Provinciale des Eaux et Forêts de l’Ogooué Ivindo et de Juristes de l’ONG Conservation Justice va être mise en place. Les individus provenaient de la ville d’Ovan pour écouler la cargaison d’ivoire au petit matin à Makokou.

    Les trafiquants finiront par arriver dans la ville vers 18h. Les gestes suspects de deux individus descendant d’un taxi avec plusieurs sacs ont attiré l’attention des agents. Les suspects sont rapidement entrés dans un motel. L’équipe les a suivis et a fini par surprendre les nommés MOUMBONZI Alain Roger et IKAGNA dit Francky, tous deux de nationalité gabonaise, en flagrant délit de détention et commercialisation de 11 pointes d’ivoire pesant près de 80 kg. Ils seront immédiatement interpellés et conduits au poste où ils seront interrogés.

    Dans la presse : https://www.agpgabon.ga/faits-divers/details/3177/Deux-gabonais-interpells-pour-trafic-divoire–Makokou

    https://fr.infosgabon.com/gabon-trafic-divoire-deux-individus-alpagues-a-makokou/


  • Le chinois Chen Weixing condamné au Gabon pour exploitation forestière illégale

    IMG-20180104-WA0042

    Après plusieurs renvois, l’affaire a connu son épilogue le 8 août 2019 avec la condamnation de Chen Weixing, responsable de la société d’exploitation forestière WCTS.Le jeudi 8 août, CHEN Weixing a été reconnu coupable d’exploitation hors délais dans l’UFG4, d’exploitation des essences interdites dans le plan d’aménagement, de défaut de certificat d’authentification du marteau forestier et des fausses déclarations. En répression, il a été condamné à une amende de trois (3) millions de francs CFA et une somme de six (6) millions de francs CFA à verser à l’ONG Conservation Justice, à titre de dommages et intérêts.

    Dans la presse: https://www.gaboninitiatives.com/justice-chen-weixing-reconnu-coupable-exploitation-forestiere-illegale/

    https://www.gabonmediatime.com/gabon-chen-weixing-reconnu-coupable-dexploitation-forestiere-illegale/

    https://directinfosgabon.com/delinquance-forestiere-un-exploitant-chinois-condamne-pour-exploitation-dessences-interdites/


  • Un agent de sécurité impliqué dans un trafic d’ivoire

    Alex ADA MBA, agent à la sécurité pénitentiaire depuis près de 7 ans en attente de sa prise de fonction à Portgentil, lieu de sa nouvelle affectation selon ses dires, a été appréhendé en pleine violation de la loi sur les espèces protégées. Ses complices Martial AKORE et Michel Axel NDONG ODZAGHE, tous de nationalité gabonaise, et lui-même, ont été interpellés en possession de 2 pointes d’ivoire sectionnées en six (6) morceaux, dans un motel du quartier Montagne Sainte. L’opération a été planifiée suite à une information d’une personne de bonne foi faisant état d’une imminente transaction illicite d’ivoire dans un motel de la capitale gabonaise. Sur instruction de Monsieur le Procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville, une équipe très vite constituée et composée des agents de la police judiciaire (PJ) et de la Direction de Lutte Contre le Braconnage (DLCB), soutenue par l’ONG Conservation Justice, s’est aussitôt rendue sur les lieux.
    Une heure plus tard, un bus immatriculé 151 K 245 va apparaître et se garer près du motel. Trois individus munis d’un gros sac de voyage noir vont descendre et se diriger directement dans l’une des chambres. À peine entrés, la réaction des agents des forces de l’ordre ne se fera pas attendre. Les présumés trafiquants, Alex ADA MBA, Martial AKORE et Michel Axel NDONG ODZAGHE se feront surprendre par les agents dans ladite chambre, en flagrant délit de détention et de commercialisation de deux pointes d’ivoire. Aussitôt interpellés, ils seront conduits au poste de la police judiciaire.

    Le garde pénitencier et ses complices 2 juin 2019

    DANS LA PRESSE/ http://gabonews.com/fr/actus/justice/article/gabon-un-agent-de-la-securite-penitentiaire