Forest and Wildlife Law Enforcement in Central Africa

Expandmenu Shrunk


  • Qui sommes nous

    Hands - darken to useConservation Justice a pour vocation de protéger les éléphants et autres espèces menacées au Gabon vis-à-vis de la chasse illégale et du trafic de faune en augmentant le niveau d’application de la loi sur la faune sur tout le territoire, et de dissuader les braconniers et trafiquants de développer leurs activités. Conservation Justice collabore étroitement avec LAGA (www.laga-enforcement.org) et suit ses méthodes.

    Plus d’infos


  • 76 kg d’ivoire saisis à Mayumba (sud-ouest Gabon)

    Arrestation à Mayumba Avril 2019 (4)

    Au moins huit éléphants ont été tués pour obtenir leur ivoire. Tout est parti d’une information livrée par une personne de bonne volonté. Il s’agissait d’une transaction suspecte portant sur des produits illicites. Prise au sérieux par les forces de l’ordre, ladite information va donner lieu à une mission organisée conjointement par les agents de la police judiciaire de Tchibanga et de la direction provinciale des Eaux et Forêts de la province de la Nyanga. La mission était appuyée par des membres de l’ONG Conservation Justice.

    Arrestation à Mayumba Avril 2019 (1)

    L’équipe va donc se rendre au petit matin dans la ville de Mayumba où la transaction devait avoir lieu. Le flair des officiers de police judiciaire (OPJ) va permettre de constater des mouvements suspects d’un individu transportant plusieurs cartons de marchandises non identifiées au levé du jour. Après quelques instants d’observation, les agents vont intervenir alors que le suspect s’apprêtait à effectuer une transaction commerciale dans la chambre d’un hôtel. Mis aux arrêts, il ne tardera pas à se présenter sous le nom de Fabrice Biakeu, sujet d’origine Camerounaise né à Douala le 17 juillet 1986. Il poursuivra en prétendant être naturalisé gabonais. Aussi, la fouille exécutée dans la chambre va permettre de découvrir dissimulée dans les cartons, une quantité importante de pointes d’ivoire sectionnées en plusieurs morceaux. Soit 16 pointes sectionnées en 28 morceaux et 2 pointes pour une masse d’environ 76 kg.

    Article de presse en un clic:

    https://www.agpgabon.ga/societe-culture/details/2289/Saisie-dune-importante-quantit-divoires–Mayumba

    https://www.gaboninitiatives.com/trafic-ivoire-dizaine-elephants-tues-ivoire/

    http://gabonews.com/fr/actus/societe/article/mayumba-gabon-pres-d-une-dizaine-d-elephants-tues


  • VENTE ILLICITE D’IVOIRE/Un trafiquant pris à Libreville

    François Ollame Ondo, de nationalité Gabonaise, avait été surpris, en avril dernier, avec de l’ivoire. Le suspect avait avoué aux agents son intention de vendre ce produit tiré de l’éléphant, une espèce strictement protégée.

    10 avril 2019 (2)

    Tout était parti d’une information anonyme. Une quantité d’ivoire venait d’être repérée dans un motel de Libreville. Une transaction imminente se profilait à l’horizon. Face à l’urgence, une équipe mixte, composée des agents de la Police des Investigations Judiciaires de Libreville, et de ceux de la Direction de la Lutte Contre le Braconnage qu’accompagnaient des Juristes de l’ONG Conservation Justice, va alors se rendre sur les lieux.

    Les forces de l’ordre parviennent à identifier l’individu indiqué et à le surprendre. François Ollame Ondo, la trentaine révolue, est ainsi arrêté en flagrant délit de possession et commercialisation d’ivoire.

    Le suspect sera ensuite conduit dans les locaux de la police puis placé en garde à vue en attendant la suite de la procédure.

    Article de presse en un clic: 

    http://www.gabonews.com/fr/actus/societe/article/lbv-gabon-un-trafiquant-pris-pour-vente-illicite

    https://www.agpgabon.ga/societe-culture/details/2254/Interpell–Libreville-pour-trafic-divoire


  • TRAFIC D’IVOIRE A MAKOKOU/Arrestation d’un trafiquant et sa complice

    Dans le trafic des pièces issues des espèces protégées, des femmes peuvent aussi être mêlées. C’est le cas de la dernière opération en date, impliquant la complicité d’une dame dans le trafic d’ivoire à Makokou dans la province de l’Ogooué-Ivindo.

    Grâce à une information reçue d’une source crédible évoquant une transaction de pointes d’Ivoire devant avoir lieu dans un motel de la ville de Makokou (Province de l’Ogooué Ivindo), une équipe, composée des agents des Eaux et Forêts, de la DGR, appuyée par l’ONG Conservation Justice, va se rendre immédiatement sur les lieux, afin de vérifier l’information.

    Un homme et une femme, détenaient une importante quantité d’ivoire dans une valise. Ils ont été interpellés dans ledit motel de la ville de Makokou. En attendant la suite de la procédure, les deux suspects sont détenus à la gendarmerie de cette localité.
    thumbnail

    Article de presse : http://gabonews.com/fr/actus/societe/article/trafic-d-ivoire-a-makokou-interpellation-de-deux


  • SCANDALE SUR LE KEVAZINGO AU PORT A BOIS D’OWENDO (GABON)

    IMG-20190305-WA0003

    Le jeudi 28 février 2019, le port d’Owendo va être sous les feux des projecteurs avec la découverte, dans l’entrepôt de la société YUNTUNG international, d’environ mille mètres cubes de Kévazingo. Cette importante quantité de Kévazingo transformée a été découverte par les agents des douanes. Il en reste encore une grande quantité non dénombrée, destinée à l’exportation. Plus de 90% de l’entrepôt de ladite société est rempli de cette essence interdite d’exploitation et d’exportation depuis 2018, conformément au décret 00099/PR/MFE du 19 mars 2018 portant mise en réserve du kévazingo.

    Alors que l’enquête suivait son cours, des influences de tous genres ont failli profondément perturber les recherches. Aux dernières nouvelles, des fonctionnaires gabopnais sont suspectés de complicité dans ce gros scandale.

    Aucun document n’a été présenté aux agents lors de la première perquisition concernant les lots de Kévazingo qui appartiendraient aux sociétés Super bois du Gabon et Z et W. C’est donc en violation des dispositions de l’article 5 de l’arrêté 132 portant sur les normes de classifications des produits forestiers destinés à l’export, des articles 275 et 279 du code forestier et des articles 51, 290 et 407 du code de douane CEMAC, que toutes les personnes concernées dans cette affaire devront répondre.

    Article de presse: https://www.agpgabon.ga/…/Saisie-de-mille-mtres-cubes-de-Kv…


  • TRAFIC DES ESPECES PROTEGEES/Des os de baleine saisis au PK9

    Un fait rare s’est produit en février dernier sur le marché noire des produits des espèces protégées au Gabon. MAVOUNGOU Célestin, MOUKAGNI Hugues, MAMBARY Christ Junior et MOUNGONGA Aurélien, ont été arrêtés le 19 février par la brigade de gendarmerie du PK9. Les quatre trafiquants possédaient une importante cargaison d’os de baleine, une espèce exposée au grand trafic à cause de sa grande valeur sur le marché.

    Les gendarmes, avec le soutien de l’ONG Conservation Justice, ont pu mettre la main sur 26 os de baleine à bosse et un pot de graisse tirée de la chair de ce grand mammifère.

    Classée en annexe 1 de la Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore menacées d’extinction (CITES), la baleine est une espèce intégralement protégée. Le Code Forestier interdit et réprime le trafic des espèces animales intégralement protégées. A cet effet, des efforts sont fournis par les autorités pour endiguer ce phénomène endémique. Malgré cela, certaines personnes continuent de brader le patrimoine faunique au mépris de la loi. C’est le cas en l’espèce de ces quatre détenus.

    Ils répondront des faits de détention, de transport et de commercialisation des trophées d’une espèce intégralement protégée, en violation aux dispositions des articles 92,274 et 275 du code forestier.

    La presse en parle : https://www.agpgabon.ga/societe-culture/details/1941/-trafiquants-de-plus-en-prison-pour-dtention-dos-de-baleine

    https://www.gaboninitiatives.com/trafic-especes-protegees-os-baleine-saisis-libreville/Os de baleine saisis à Libreville Mars 2019