Forest and Wildlife Law Enforcement in Central Africa

Expandmenu Shrunk


  • Braconnage : Des décisions dissuasives ?

     

    WP_20171122_11_41_37_Pro

    Attendues depuis plusieurs mois, les verdicts de nombreuses affaires de braconnage et de trafic d’espèces protégées ont été rendus par les tribunaux provinciaux, en juillet dernier. Si elles ont salué des peines maximales de six mois de prison, les organisations de protection des animaux et de l’environnement ont cependant jugé cela insuffisant. A l’instar de l’ONG Conservation Justice, estimant que certaines décisions sont en deçà des attentes.


  • Braconnage et trafic des espèces protégées : les verdicts pour les malfrats à l’intérieur du pays

    Les trafiquants et braconniers mis aux arrêts depuis près de neuf mois ont connu l’épilogue des procédures de justice engagées après leurs interpellations. Pour l’essentiel, la peine maximale de six mois a été appliquée et de nombreuses amendes ont été infligées dans le but de dissuader les délinquants qui sont susceptibles de pratiquer la récidive une fois sortis de prisons.

    20180618_131350


  • La justice rend ses verdicts à Libreville

    Le Tribunal de Libreville était attendu depuis plusieurs mois pour se prononcer sur les nombreuses affaires qui ont défrayé la chronique dans le domaine des Eaux et forêts : exploitation forestière illégale, braconnage, trafic d’espèces protégées, corruption et autres. En ce qui concerne la faune, les décisions de justice ont été mitigées, voire peu dissuasives avec principalement  décisions de trois mois de prison ferme. Dans le domaine du bois, les débats ont été particulièrement houleux et donné lieu à d’importants dommages et intérêts.

    WP_20180503_13_43_59_Pro(1)


  • AALF / JUIN 2018: 5 opérations et 8 personnes mises aux arrêts en juin 2018

    Huit personnes en tout ont été interpelées pendant le mois de juin par les éléments des différents brigades de recherche et de lutte contre la criminalité en collaboration avec l’administration des Eaux et Forêts et l’ONG Conservation Justice.

    Pour commencer le mois, c’est Sanya Akinkoboye et ses complices Guy Fabrice Kombé et Fadel Maganga qui ont été arrêtés à Makokou entre le 29 mai et le 1er juin. Le 5 juin, Jean-François Ekazama  est pris par la brigade centre de Gendarmerie de Mitzic. Le 12 juin, c’est Oswald Ndong Nzé qui est interpelé à Makokou. Le Burkinabé Oumsaoré Noufou est lui pris le 12 juin à Koulamoutou. le 18 juin, Franck Iménou, un gabonais de 42 ans se retrouve dans les filets de la Gendarmerie à Lambaréné. Il faut compter une douzaine de pointes d’ivoires ainsi que d’autre produits tirés de plusieurs espèces intégralement protégées.

    IMG-20180531-WA0023
    Akinkoboye et complices à Makokou20180618_131350WP_20180605_19_05_23_Pro35151249_1927500523949289_642498004783202304_o35432238_1933092640056744_7223636393413574656_o